Formations en sauvetage nautique et secourisme

Les formations en sauvetage nautique et secourisme ont pour objectif d’offrir au futur sauveteur secouriste les connaissances et gestes indispensables pendant des interventions sur les plans d’eau. Celui-ci va alors avoir les capacités nécessaires lui permettant d’effectuer des sauvetages nautiques pendant des situations d’urgence. Il va pouvoir apporter les premiers secours à une victime, tout en étant en connaissance des normes et législations y afférentes.

Formations en sauvetage nautique et secourisme : description

Ces formations préparant aux rudiments de premiers secours visent l’acquisition d’habiletés indispensables pendant les interventions sur les plans d’eau. Il s’agit de permettre aux intervenants d’avoir la capacité d’effectuer des sauvetages pendant les situations d’urgence, en soutenant les premiers secours, tout en utilisant la gestion de l’intervention d’urgence et rencontrant les réglementations en cours. Ces formations dispensées par des moniteurs et formateurs professionnels s’adressent aux organisations bénévoles d’urgence et aux services d’urgence. Elles ont pour objectif principal d’offrir aux futurs sauveteurs secouristes,  maîtres-nageurs, plongeurs, les connaissances et capacités nécessaires, leur permettant d’effectuer des sauvetages sur les plans d’eau, depuis une barque. En ce qui concerne leur durée, celle-ci varie de 18 à 26 heures, en fonction des besoins des organismes de secours. Le planning triennal est toutefois conseillé, en vue d’atteindre la totalité des compétences de ces formations.

Qu’est-ce qu’un Sauveteur secouriste de travail ?

Un Sauveteur secouriste de travail ou SST est une personne ayant bénéficié de formations aux premiers secours et proposée à dispenser, à son tour, ses formations reçues.  Un Sauveteur secouriste de travail est ainsi chargé, par son employeur, d’enseigner les gestes de premiers secours à effectuer lors d’un accident de travail. En matière d’hygiène et sécurité du travail, il s’agit d’une délégation de l’embaucheur. En France, le SST est également un diplôme qui sanctionne la formation du Sauveteur secouriste de travail, différemment du PSC1 qui n’est, lui, qu’une attestation. Mais, avec la nouvelle ordonnance des formations de l’équipier secouriste, le SST devrait s’allier avec le PSC1. La nomenclature des formations comporte une section « Prévention et secours au travail » (PST) mais elle est vide pour l’instant. Par ailleurs, on parle de secourisme industriel en Belgique, bien qu’on trouve aussi des secouristes industriels dans les écoles, commerces et administrations. Et au Québec, c’est du secourisme en milieu de travail qu’on parle.

Le massage cardiaque : les bons gestes

Face à une personne ne respirant plus, vous devez à la hâte débuter par un massage cardiaque tout en demandant aux autres d’appeler des secours et trouver un défibrillateur. Si vous êtes seul et que vous avez repéré à moins d’une minute un défibrillateur, allez-y. Dans le cas contraire, ne perdez pas de temps à en trouver. Commencez le secourisme à mains nues sachant que chaque minute passant, alors que le cœur de la personne est arrêté, fait perdre des chances (10 %) de survie. Mettez sur votre dos la victime, agenouillez-vous juste à côté de son torse et placez le talon de votre main gauche au centre de sa poitrine (sur le segment se trouvant au milieu des deux tétons). Posez votre main droite sur celle de gauche et entrelacez vos doigts, en vue de joindre vos deux mains. Avancez votre buste afin que vos épaules soient sur sa poitrine, tout en gardant vos bras tendus. Comprimez avec énergie et relâchez doucement, à la cadence de deux compactions par seconde. Continuez jusqu’à l’arrivée des organismes de secours, sans vous arrêter.